L’indemnisation des arrêts maladie : comment ça marche ?

Aujourd’hui, Kavalry vous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’indemnisation des arrêts maladie. Nos Kavalières sont des spécialistes des sujets RH (et financiers of course) et n’hésitent pas à partager leurs connaissances.

En règle générale, un salarié en arrêt de travail pour maladie ou accident bénéficie de deux types d’indemnisations :

  • l’une versée par la Sécurité sociale (IJSS : Indemnités Journalières de Sécurité sociale)
  • l’autre versée par l’employeur (maintien de salaire)

Les IJSS

Les IJSS, sont versées par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) afin de compenser la perte de salaire durant l’arrêt de travail.

Les IJSS sont versées après un délai de carence de 3 jours, soit à compter du 4ème jour d’absence pour maladie ordinaire. Il faut partir des salaires bruts des 3 mois précédents la date du dernier jour travaillé pour calculer les IJSS. Elles sont versées tous les 14 jours en moyenne.

Mais les IJSS sont plafonnées, c’est là que rentre en jeu la partie versée par l’employeur.


Le maintien de salaire par l’employeur

Vous l’aurez compris, le maintien employeur est le deuxième acteur de l’indemnisation des arrêts maladie. L’employeur va ainsi intervenir en complément des IJSS, en versant un pourcentage prédéfini du salaire du salarié absent.

Comment définir le maintien employeur ? Il y a différentes possibilités : soit par accord d’entreprise ou de convention collective, soit par la loi. Attention, l’employeur doit appliquer le dispositif le plus favorable pour ses salariés.

Pour que le salarié puisse bénéficier de ce maintien employeur, en règle générale, il faut répondre à plusieurs conditions :

Le maintien employeur est versé après le délai de carence de 7 jours soit à compter du 8ème jour d’absence pour maladie ordinaire.

Il existe des conditions différentes pour le maintien employeur des ETAM, ainsi que pour les ingénieurs et les cadres.

Le minimum légal du maintien employeur suit les conditions suivantes :

  • Pendant les 30 premiers jours d’arrêt de travail : maintien à 90 % de la rémunération brute.
  • Pendant les 30 jours d’arrêt suivants, les 2/3 (66,66 %) de la rémunération brute.

Lorsque le salarié justifie d’une ancienneté dans l’entreprise supérieure à l’ancienneté minimale d’un an exigée, les durées de versement de ces indemnités peuvent être majorées. Selon les conditions suivantes :

durées maximum de versement des indemnités  
indemnisation

Le principe de subrogation pour les IJSS

L’indemnisation des arrêts maladie comprend un mécanisme spécial pour la partie des indemnités journalières dues au salarié par l’Assurance maladie.

La subrogation est un mode de gestion, décidé uniquement par l’employeur, qui consiste à percevoir et reverser les IJSS pour le compte du salarié.

Ainsi le salarié n’est plus tributaire des délais de la CPAM (Caisse primaire d’assurances maladie) pour le versement de ses indemnités.

Aucune règle n’est imposée à l’employeur, il décide d’adopter ou non le mécanisme de subrogation.

Deux conditions sont nécessaires pour appliquer le mécanisme cette subrogation :

Si aucune de ces conditions n’est remplie, l’employeur doit avoir l’accord du salarié pour appliquer la subrogation.


La crise sanitaire a entrainé quelques changements dans la règlementation concernant les indemnisations des arrêts maladie. Pas de panique, Kavalry vous explique tout en détail.

5 tips pour une meilleure productivité

1. Rester concentré : la gestion du temps

Nos smartphones ont souvent un rôle à jouer dans notre manque de productivité. Nous connaissons tous ce fameux check “rapide” d’une notification, qui se transforme en un scroll infini de la totalité de nos applications.

Si les méthodes basiques, se déconnecter de vos applications, enlever les notifications ou encore éloigner votre téléphone, ne suffisent pas, écoutez nos conseils. Tout d’abord, StayFocusd est une application qui optimise votre productivité en limitant votre temps passé sur certains sites. Vous pouvez choisir les sites, le temps de blocage, la fréquence, et bien d’autres options.

De même, Forest est une super application qui vous permet de choisir une durée pendant laquelle vous voulez rester concentré. Vous plantez une graine, qui se transforme en arbre plus le temps passe. Attention, si vous sortez de l’application : votre graine ne poussera pas et votre arbre peut mourir. Travaillez dur et vous aurez une belle forêt et également des points. Au bout de 2500 points, vous pourrez planter un vrai arbre grâce à l’association Trees for the Future. Une bonne action pour votre travail et pour la planète !

Il existe une multitude d’options : Freedom, AntiSocial, Space, Flipd, etc.


2. Des outils collaboratifs pour gérer vos projets

Nous avons déjà tous fait des To Do List, mais lorsque l’équipe s’agrandit, il faut s’organiser autrement. Ainsi, vous pouvez avoir recours à un outil collaboratif afin de gérer au mieux vos projets.

Différents outils permettent d’avoir une vision globale du projet, tout en suivant scrupuleusement le détail de chacune des missions. Vous connaissez sûrement Trello, un outil collaboratif très userfriendly. Vous pouvez même installer l’extension Pomello, qui vous permettra de transformer chaque carte Trello en une tâche de 25 minutes (technique Pomodoro). Et tout cela, avec toujours comme objectif final une meilleure productivité.

D’autres outils : Any.do, Wrike, monday.com, Freedcamp, Asana, Bambam! ou encore Tree.io.


3. Marre de faire mot de passe oublié ?

gestionnaire de mots de passe

Les gestionnaires de mots de passe, un indispensable. A titre perso comme à titre pro c’est une perte de temps injustifiable !

Avec un gestionnaire de mots de passe, sécurisez des données comme vos mots de passe, votre numéro de carte bleue ou encore des notes. Ainsi, vous n’aurez à retenir qu’un seul mot de passe. Vous pouvez le rendre très complexe et changer régulièrement. Petit plus, vous pouvez partager vos accès (nom d’utilisateur et mot de passe) à des collaborateurs sans pour autant leur dévoiler ces données.

Les solutions sont nombreuses, en voici quelques unes : 1password, Dashlane, Keepass, Last pass, Keeper, ou encore Roboform.

Profitez bien du temps gagné !


4. La signature électronique

signature électronique

Beaucoup d’entre vous sont déjà des initiés, mais si ce n’est pas le cas, passez à la signature électronique ! Vous gagnerez du temps, des % de closing (sur vos deals et vos candidats) tout en faisant un geste pour la planète. Un des tips les plus simples mais qui est nécessaire si vous voulez améliorer votre productivité.

De nombreuses solutions existent comme HelloSign, Yousign, Universign, Adobe Sign, Get Accept, Docusign et la liste n’est pas exhaustive ! On vous le promet ces quelques euros investis seront rentabilisés x100 !


5. Marre de réécrire les mêmes phrases encore et encore ?

Ici, nous vous parlons raccourcis et template. Il vous suffit d’automatiser les passages de vos mails qui sont toujours les mêmes. Par exemple, la présentation de votre produit, les messages promotionnels ou encore un message récurrent aux mêmes périodes de l’année. Ainsi, il ne vous reste plus qu’à vous concentrer sur la personnalisation des parties qui comptent vraiment, comme les propositions commerciales sur mesure par exemple.

Il existe une multitude de solutions comme Gorgias (une extension Chrome), Google Canned responses (un outil intégré à Gmail), ou bien simplement dans votre CRM en natif si vous en avez un (par exemple, Hubspot dispose de modèles). Même des mails en brouillon ou un Google Doc / Word à disposition avec vos modèles feront l’affaire !


Alors, si vous aussi vous voulez être aussi rapide que Kavalry, appliquez nos tips ! Vous faire gagner du temps est notre objectif, nous ne sommes pas les seuls à le dire, promis.

Arrêts maladie : les cas particuliers pendant la période du Covid-19.

La crise sanitaire a entrainé quelques changements dans la règlementation concernant les indemnisations des arrêts maladie. Pas de panique, Kavalry vous explique tout en détail.

Tout d’abord, l’employé, qu’il ait contracté le coronavirus ou non, est considéré comme une personne atteinte d’une maladie ordinaire et se mettant en arrêt.

Attention, il faut que la cause soit non-professionnelle. Sinon, il peut s’agir d’une maladie ou d’un accident quelles que soient leurs causes.

Les mesures concernant les indemnités journalières maladie

Pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire, le Gouvernement a supprimé le délai de carence IJSS applicable aux arrêts maladies pour toute personne atteinte d’une maladie ordinaire (qu’il s’agisse du coronavirus ou non).

Cette mesure s’applique à tous les arrêts maladie qui débutent à compter du 24 mars 2020 et jusqu’à la fin décrétée de l’état d’urgence sanitaire, soit jusqu’au 10 juillet 2020.

Les mesures concernant le maintien employeur

Le délai de carence

Le Gouvernement a supprimé le délai de carence, sous les conditions suivantes :

  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé avant le 12 mars 2020 et n’est plus en cours au 12 mars : alors délai de carence de 7 jours.
  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé entre le 12 et le 23 mars 2020 : alors à compter du 12 mars et jusqu’au 24 mars un délai de carence de 3 jours s’applique.
  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé à partir du 24 mars 2020 :  jusqu’au 10 juillet, aucun délai de carence ne s’applique.

La condition d’ancienneté

Le Gouvernement a supprimé la condition d’ancienneté pour avoir accès au maintien employeur, sous les conditions suivantes :

  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé avant le 12 mars, mais n’est plus en cours au 12 mars : alors la condition d’un an d’ancienneté s’applique
  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé avant le 12 mars 2020 et est toujours en cours au 12 mars : alors à compter du 12 mars 2020 et jusqu’au 31 décembre 2020 la condition d’ancienneté pour avoir accès au maintien employeur est supprimée.
  • Si l’arrêt de travail ordinaire a commencé à compter du 12 mars 2020 ou après : alors à compter du 12 mars 2020 et jusqu’au 31 décembre 2020 la condition d’ancienneté pour avoir accès au maintien employeur est supprimée.

Une modification des dispositions applicables : durée maximale d’indemnisation sur 12 mois glissants

Légalement, si le salarié a déjà bénéficié d’une ou plusieurs périodes d’indemnisation pour maladie par l’employeur dans les 12 mois précédents, la durée de versement est déduite du nombre de jours déjà indemnisés.

  • Si l’arrêt maladie ordinaire a commencé avant le 12 mars 2020, mais n’est plus en cours au 12 mars : alors application des dispositions “classiques” (on prend les 12 mois précédents pour voir si le salarié a encore des jours dans son compteur indemnisation).
  • Si l’arrêt maladie ordinaire a commencé avant le 12 mars 2020 et est toujours en cours au 12 mars : alors à compter du 12 mars et jusqu’au 10 juillet il ne sera plus pris en compte dans le compteur d’indemnisation sur les 12 mois précédents. C’est-à-dire que le compteur se remet à 0 au 12 mars et jusqu’au 10 juillet.
  • Si l’arrêt maladie ordinaire a commencé à partir entre le 12 mars et le 10 juillet : alors à compter de la date posée (12 mars minimum) et jusqu’au 10 juillet il ne sera plus pris en compte dans le compteur d’indemnisation sur les 12 mois précédents. C’est-à-dire que le compteur se remet à 0, et ce depuis la date de début (12 mars minimum) et jusqu’au 10 juillet.
  • Si l’arrêt maladie ordinaire a commencé postérieurement au 10 juillet : alors à compter du 11 juillet, et ce jusqu’à une durée indéterminée, on ne prendra pas en compte dans le compteur les durées indemnisées entre le 12 mars et le 10 juillet. Pour ces absences, “l’ancien compteur” sera pris en compte, c’est-à-dire que les 12 derniers mois seront pris mais on retirera les jours maintenus entre le 12 mars et le 10 juillet.

Et aujourd’hui, quid du coronavirus pour les arrêts maladie ?

Un salarié malade identifié ou non coronavirus :

  • IJSS avec délai de carence de 3 jours depuis le 11/07/2020.
  • Maintien employeur avec délai de carence de 7 jours depuis le 11/07/2020 mais sans condition d’ancienneté d’un an.

Un salarié non malade mais isolé pour cas de contact avec une personne contaminée :

  • IJSS sans délai de carence jusqu’au 10/10/2020. (On ne prend pas en compte la durée maximum d’indemnisation des 360 indemnités journalières sur 3 ans jusqu’au 10/10/2020).
  • Maintien employeur sans délai de carence jusqu’au 10/10/2020. Et sans la condition d’ancienneté d’un an jusqu’au 31/10/2020.

Retrouvez d’autres articles utiles dans notre blog, comme notre dernier article sur le Kashboard ou bien nos vidéos explicatives !

Le Kashboard : une visibilité sur le P&L et votre trésorerie

Visibilité Trésorerie P&L CFS

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le COVID est passé par là et renforce encore plus le propos. Chez Kavalry, nous sommes convaincus de l’importance d’avoir un suivi financier à jour, chaque mois. Sans visibilité sur votre trésorerie, comment avancer sereinement ?

Ces dernières années, la croissance prenait le pas sur tout et permettait d’avancer sans se retourner. Combien de dirigeants ne prennent connaissance de leurs résultats que 6 mois après la fin de l’année, lors de la clôture comptable ? Autant dire que dans un environnement où les décisions doivent se prendre rapidement, connaitre la répartition de ses dépenses le 30 juin 2020 pour son exercice 2019 est totalement inutile.

Toutes les missions que nous délivrons ont un seul but : vous donner de la visibilité sur votre trésorerie, via le Kashboard.


Un Kashboard, c’est deux aspects :

Le P&L : vision économique

Le P&L (profit & Loss Account) ou Compte de Résultat, c’est le reflet de votre activité au travers un document adapté à vos spécificités. Le but est de vous donner, en fonction des éléments que vous souhaitez suivre, l’évolution mensuelle de vos chiffres.

Le Cash : vision financière

Le Cash Flow Statement, c’est la répartition de vos encaissements et de vos décaissements. A la différence du P&L, où vous constatez le produit ou la charge lors du mois de livraison du bien ou de réalisation de la prestation de service, le Cash Flow Statement vous informe de ce que vous avez reçu et payé.

Plus que jamais, Cash is King, et il est primordial de connaitre l’évolution de votre trésorerie. A quoi bon faire du chiffre d’affaires si vos clients ne vous paient pas ?


Ainsi, grâce au Kashboard, vous avez une vision de vos dépenses. Sur la partie recettes, généralement, vous connaissez très bien les chiffres. In fine, vous pouvez suivre votre rentabilité et vos principaux postes de coûts.

Pour produire ces fameux reporting, vous avez souvent la même objection “Il me manque des documents”.

Chez Kavalry, nous nous chargeons de la collecte des factures pour pouvoir sortir, entre le 5 et le 10 du mois suivant, votre Kashboard.

Attention, le Kashboard n’a pas vocation à remplacer une clôture comptable ! Cette dernière reflète de façon exhaustive toutes les opérations du mois. Cependant, il vous donnera un outil de prise de décision incontournable.


N’hésitez pas à nous suivre sur Linkedin pour avoir nos conseils admin sans plus attendre. Il est temps de ne plus faire cavalier seul.

Retour vers un “nouveau” modèle économique ?

Sommes-nous en route vers un nouveau modèle économique ?

Ces dernières années, les levées de fonds font les gros titres des journaux, et sont presque devenues un gage de réussite.

Pour autant, qu’en est-il des entreprises qui choisissent d’autofinancer leurs investissements et leur développement ?

Il existe en effet des milliers d’histoires de réussite glamour de startups accélérant leur croissance grâce à la collecte de fonds. Dans le même temps, il y a encore plus de scénarios de collecte de fonds avec des résultats peu glorieux.

On remarque qu’il y a une certaine stigmatisation liée à l’autofinancement. Pouvant se résumer à une phrase prononcée régulièrement “si vous ne levez pas, vous ne décollerez pas”.

Vous pouvez vite être “accusé” d’excès de prudence ou de défaut d’ambition si vous ne faites pas appel au capital-risque pour faire croître l’entreprise de manière rapide. En effet, c’est exactement le piège qui a trompé de nombreux entrepreneurs pour qu’ils fassent appel à plus d’argent que nécessaire et mettent leur entreprise en danger (dépenses excessives sans résultat). Cette course à la “supercroissance” se fait très souvent au détriment de la rentabilité.


L'auto financement vs la levée de fonds - un changement de la tendance suite à la crise actuelle ?

De l’autre côté, l’autofinancement peut être choisi (ou subi) comme stratégie de survie jusqu’à atteindre un chiffre d’affaires important, et seulement alors, aller chercher un financement. Non seulement il est plus facile de convaincre les investisseurs des revenus et du modèle commercial de son entreprise, car les entrepreneurs ont des dossiers solides avec des chiffres historiques à l’appui, mais ils peuvent également avoir plus d’options sur le choix de leur(s) partenaire(s) financier(s).

De plus, les entrepreneurs, qui agissent instinctivement pour sauver leur entreprise, sont extrêmement rapides lorsqu’il faut modifier leur modèle commercial, pivoter ou prendre une décision structurante, pour réussir à être rentable et poursuivre l’aventure.

Le contrôle absolu : certains dirigeants préfèrent la gestion en bon père de famille et réinvestir les bénéfices. Ils ne veulent pas perdre leur autonomie.

L’autofinancement vous donne un contrôle complet de votre entreprise et de son orientation stratégique. Vous pouvez expérimenter, échouer rapidement, et recommencer.

Pas de board ou de personnes qui vous demandent de rendre des comptes. Vous n’aurez pas besoin de travailler sur des business plan à 5 ans et des feuilles de calcul à chaque fois pour convaincre un conseil d’administration.

Vous pouvez plutôt passer ce temps à agir. Avec l’autofinancement, vous vous concentrez entièrement sur le produit et son succès.

Une bonne gestion avant tout !

Protéger sa trésorerie pour conserver une capacité à s’autofinancer peut être salvateur dans bien des cas et la situation liée au Covid-19 prouve plus que jamais que Cash is King.

Cela passe notamment par :

  • bien suivre son portefeuille clients (facturation & relance des impayés)
  • avoir une bonne gestion de la relation avec ses fournisseurs
  • etre à jour dans l’administratif des ressources humaines (paie, obligations légales, mesures gouvernementales…)

Une bonne gestion avant tout va vous permettre d'avancer sereinement, peu importe votre modèle économique

Une bonne gestion administrative et des bon processus sont plus que jamais indispensables pour permettre aux dirigeants d’avoir les bons KPIs et une vision précise de leur trésorerie pour une bonne prise de décision.

Lorsque les marchés sont difficiles comme aujourd’hui avec la crise sanitaire que nous connaissons, pour réunir des fonds, même les entreprises méritantes peuvent trouver l’exercice de la levée des fonds très difficile.

L’autofinancement peut être un bon choix pour naviguer à travers ces moments difficiles avec vos propres fonds et une bonne gestion, en attendant une éventuelle collecte de fonds plus tard, lorsque le marché du financement redeviendra propice à le faire.

#nefaitespluscavalierseul

FNE / Lingueo

En cette période particulière, profitez-en pour former vos salariés et vous préparer afin d'être encore plus fort pour la reprise !

En cette période particulière où plus de 11 millions de salariés sont en chômage partiel, le FNE (Fonds National de l’emploi), a mis en place des mesures et débloqué un budget pour former les salariés en activité partielle.

Beaucoup de DRH trouvent le dispositif complexe, et il l’est parfois en fonction de votre interlocuteur : Direccte régionale, OPCO, CCI… Nous avons travaillé avec Lingueo, spécialiste des cours particuliers de langues en ligne, sur un cas pratique.

Les conventions FNE-Formation ont pour objet la mise en œuvre de mesures de formation professionnelle, afin de faciliter la continuité de l’activité des salariés face aux transformations consécutives aux mutations économique, et de favoriser leur adaptation à de nouveaux emplois en cas de changements professionnels dus à l’évolution technique ou à la modification des conditions de production.


Sous réserve du respects de certaines conditions, vous pouvez obtenir un financement jusqu'à 100% de la formation pour vos salariés !

Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif :

  • Tous les secteurs sont éligibles, et tous les salariés (sauf les alternants)
  • La durée de la formation ne doit pas excéder le nombre d’heures en activité partielle
  • Les actions éligibles sont celles mentionnées à l’article L.6313-1 et celles permettant d’obtenir une des qualifications mentionnées à l’article L. 6314-1 du code du travail. Il peut s’agir d’un titre ou diplôme à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles, d’une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche ou d’un certificat de qualification professionnelle.
  • Pour que la formation soit financée à 100%, il faut qu’elle soit terminée par le salarié. Adaptez la durée de formation à ses disponibilités & à la durée de son chômage partiel. Exception, si le salarié reprend le travail avant la fin du mois de mai sa formation est tout de même financée à 100% ! ⇒ Les actions de formation éligibles peuvent se dérouler à distance.

Pour les entreprises, c’est une incitation financière/opportunité sans précédent ! Non seulement ils n’ont plus à payer pour la formation, mais le système leur permet de se conformer à l’obligation légale de former le personnel.

Chez Kavalry nous l’avons mis en place pour 100% de nos salariés en chômage partiel (soit 1 :-)). Lorsque nous l’avons proposé à notre salariée, elle était très contente de pouvoir bénéficier de cours d’anglais de Lingueo pour se maintenir à niveau.

Maintenant que les directives & procédures sont claires et nous sommes rodés, après avoir testé pour nous, nous le proposons à tous nos clients qui souhaitent profiter de la période pour faire grandir leurs équipes.


Offrez à vos salarié des formations pour vous permettre de revenir encore plus fort suite à cette crise !

Comment concrètement le mettre en place dans votre entreprise ?

  • Valider en interne le type de formation que vous jugez utile pour vos salariés
  • Obtenir l’accord des salarié pour le suivi de la formation. Attention, gardez bien en tête que vos employés doivent être bénévoles. Leur contrat de travail ayant été suspendu, leur consentement écrit est requis. Certains OPCO le demandent pour fournir la validation de la demande de subvention. Lingueo a créé un système informatique qui aide ses clients à recueillir rapidement les preuves de la volonté du salarié de rejoindre action de formation.
  • Obtention du devis et planning de formation . La formation est prise en charge par l’Opco ou la Direccte à hauteur de 1500€ TTC par salarié. Pour des formations dont le coût serait supérieur, un courrier justifiant ce choix devra accompagner votre demande
  • Si votre interlocuteur est un OPCO vous devez déposer la demande via le portail de l’OPCO habituellement réservé pour les demandes de formation, avec les différents documents nécessaires.
  • Si votre interlocuteur est la Direccte vous pouvez envoyer un simple email de demande comprenant le devis et programme, accord de recours à l’activité partielle, un RIB. Ils ne vous est pas demandé de preuve d’accord des salariés.
  • Les instructions étant accélérées, vous recevrez une réponse dans les 24H à 48H (moyenne observée sur les dossiers que nous avons pu valider les derniers jours).
  • Une fois le dossier accepté, vous pouvez mettre en relation l’organisme de formation avec les salariés concernés
  • Certaines OPCO proposent de la Subrogation de paiement : lorsque la formation sera terminée, c’est l’OPCO qui règlera directement la formation auprès de l’organisme.

Et voilà, vos salariés se forment et deviendront plus forts pour reprendre leur activité !

#nefaitespluscavalierseul

Kavalry ist ein Berliner !

Kavalry s'internationalise et s'envole à Berlin en Allemagne !

Kavalry s’internationalise ! Et c’est l’Allemagne, plus précisément Berlin, qui bénéficie depuis deux mois de notre expertise sur place.


Tout a commencé le 29 janvier lorsqu’un nouveau client a fait appel à nos compétences pour renforcer leur équipe d’office managers basée à Berlin. Mon expérience de mobilité à l’étranger pendant mes études et mon attrait pour les nouveaux défis m’ont poussés à me porter volontaire pour effectuer cette mission inédite.

Le 31 janvier, j’acceptais donc de partir pour Berlin. Il est assez difficile de prendre conscience directement des concessions qu’imposent ce type de décision d’un point de vue personnel. De plus, je n’avais qu’une semaine pour préparer mon départ, la mission imposant d’être sur place le plus rapidement possible, mais je souhaitais relever le défi.


En Allemagne, Kavalry doit s'adapter et pouvoir communiquer au travers de multiples langues au quotidien !

A mon arrivée le 11 février, j’ai dû appréhender un cadre de travail aux dimensions nouvelles : la société est constituée de plus de 150 collaborateurs berlinois ainsi que des équipes présentes dans les autres grandes villes du pays. Nous parlons quotidiennement anglais, français et allemand. Il fallait également s’intégrer à une nouvelle équipe et être opérationnelle dès les premiers instants, sans oublier ma team Kavalry qui devait aussi composer avec mon départ.

J’ai donc attaqué mes premières missions et apporté immédiatement mon soutien et mes compétences. Au programme, gestion générale des différents bureaux, support sur l’organisation d’événements et l’accueil des nouveaux salariés.


Aujourd’hui, nous sommes le 9 avril, je vis plutôt bien ma vie d’expatriée malgré le contexte difficile actuellement imposé par le covid-19. C’est une opportunité particulièrement stimulante et enrichissante pour moi, et toute la team Kavalry !

#nefaitespluscavalierseul

Mesures Covid – Faites le bien

Kavalry vous accompagne pendant les mesures Covid et vous aide à préparer et envoyer les dossiers en temps et en heure !

Bonne nouvelle : vous n’êtes pas seuls face à cette situation. Le gouvernement, les organismes de financement ont mis en place des mesures et Kavalry et là afin de vous aider à garder le cap.

  • Le gouvernement agit au niveau fiscal et social. En effet, l’Etat vous permet de reporter vos cotisations ( URSSAF, retraite complémentaire, l’IS, la taxe sur les salaires…) et de vous indemniser pour faire face à la diminution de votre activité par le biais du chômage partiel. Autrement dit, vous gelez vos dépenses tout en gardant la certitude que vos forces vives seront réactivables en sortie de crise.
  • Les organismes de financements tels que la BPI et les banques ont assoupli leurs conditions, vous permettant d’avoir accès à des crédits court / moyen terme et des mobilisations de créance.
  • Kavalry vous donne la certitude que les dossiers concernant ces mesures seront constitués dans les règles et dans les temps.

Kavalry, à vos côtés en temps de paix comme de guerre

Kavalry vous permet d'avancer le plus sereinement possible dans cette période de crise, en vous assistant sur la préparation des actions Covid en temps et en heure, et en vous épaulant pour repartir toujours plus fort pour la suite !

Être épaulé par Kavalry, c’est être en permanence à jour des mesures fiscales / sociales prises aux niveaux national, européen et mondial. Vous avez l’assurance que votre entreprise est dotée de tous les moyens de financement possibles et existants. Car malgré la gravité de la situation, les acteurs économiques restent regardants sur le contenu et la qualité des dossiers déposés, notre rôle est donc de les faire vite, mais bien.
Pour vous donner un exemple, nous avons simulé, pour chacun de nos clients, l’impact du chômage partiel sur les employeur et leurs salariés, ce qui nous a permis de mesurer leur situation sociale et constituer des dossiers précis et pertinents.

Kavalry vous conseille aussi sur les comportements à adopter en cette période de confusion. Les situations imprévisibles, comme peut l’être le Covid-19, entraîne parfois des comportements irrationnels tels que : se précipiter pour arrêter son activité, arrêter de payer ses freelance ou prendre la décision unilatérale de couper les prélèvements bancaires. Cela pourrait impacter la stabilité de l’entreprise sur le long terme. Mais pas de panique, c’est le moment où Kavalry intervient. De par notre expérience (multiplicité de nos clients) et notre discernement (position externe) nous vous aidons à prendre les bonnes décisions pour le moyen et long terme.

Votre stratégie de sortie de crise fait déjà partie de nos priorités !

#nefaitespluscavalierseul

Un Onboarding un peu spécial

La distance n'empêche pas Kavalry de recruter, former, et accompagner ses nouveaux Kavaliers !

Formation à distance

J’ai rejoins la team Kavalry le 18 Mars, c’est-à-dire en pleine période de confinement. Mon arrivée a donc été quelque peu différente pour la simple et bonne raison que je suis en apprentissage depuis chez moi en télétravail. Et vous allez donc vous demander comment Kavalry a réussi à me faire travailler dès mes débuts, à distance ? Hé bien, pas plus compliqué que ça… dans mon canapé, sur mon lit, sur ma chaise de bureau ou même encore dans ma salle de bain (oui c’est possible 😇…), je peux accéder à tous les outils que Kavalry a en sa possession pour apprendre et participer à la vie de l’entreprise.

Team Spirit

J’ai été très bien accueillie et n’ai aucunement eu du mal à me faire à cet onboarding un peu spécial. Kavalry utilise des outils online très simples d’accès et bien expliqués dans le K Movement (formation interne). Une question ? Une hésitation ? 🤔 Je peux en parler à n’importe quel membre de l’équipe pour avoir mes réponses dans la seconde ! Hé oui c’est comme ça que ça marche chez Kavalry ! Et afin d’être toujours en contact, de nombreuses visios rythment nos journées et la solitude ne se fait jamais ressentir.


Kavalry mets tout en oeuvre pour permettre un environnement sain même pendant la formation à distance ! Que ce soit au travers des outils connectés, ou du team spirit !

J’en apprends chaque jour un peu plus sur les méthodes de travail très innovantes chez Kavalry en apportant mon soutien fréquent à une Kavalière dans ses missions du quotidien auprès de nos clients 🤝.

Everyday update

J’ai aussi l’immense chance de pouvoir suivre tous les jours les dernières actualités des démarches administratives pour sauver les sociétés face au Covid_19 et c’est très valorisant de savoir que ce que l’on fait pour toutes ces sociétés va les aider à surmonter cette dure épreuve et à en ressortir plus fortes 💪.

KEEP GOING

Et je sais que dans très peu de temps je vais avoir le plaisir de rencontrer l’équipe au complet afin de boire, enfin, cette bière de bienvenue 🍻😍!

#nefaitespluscavalierseul

Retour sur une semaine hors norme

Retour sur une semaine hors normes, home office, rassemblement d'informations, assistance aux dirigeants

Dans ce contexte de confinement induit par la propagation du coronavirus, les entreprises ont dû s’adapter par la force des choses à cette situation inédite. Alors comme beaucoup, nous avons activé notre mode full remote afin de continuer nos missions de bras droit des dirigeants.

Un défi de taille puisqu’en plus de nos missions quotidiennes, toute l’équipe Kavalry s’est mobilisée, y compris nos nouvelles recrues, pour appréhender les mesures annoncées par le Président de la République et le gouvernement et ainsi soutenir au mieux nos dirigeants dans ce contexte difficile, parfois synonyme de baisse de chiffre d’affaires et de réorganisation des activités.


Kavalry permet de centraliser les informations qui sont publiées de part et d'autres afin de vous en donner le meilleur

Chaque jour, nous avons concentré nos efforts sur l’ensemble des mesures proposées aux entreprises pour faire face à l’impact engendré par la crise sanitaire du coronavirus. Toute l’équipe a travaillé sur les conditions et les demandes de recours à l’activité partielle, sur les mesures financières d’aide aux entreprises proposées par les organismes bancaires, sur les délais de paiement d’échéances sociales et fiscales, ou encore sur les fonds mobilisés pour préserver les trésoreries des entreprises.

Cependant l’afflux d’informations, parfois contradictoires, qui a accompagné ces mesures exceptionnelles n’ont pas rendu la tâche facile aux entrepreneurs. C’est la raison pour laquelle nous avons centralisé et filtré chaque information en prêtant une grande attention aux sources, tout en rappelant la nécessité d’effectuer des scénarios provisoires tant que les ordonnances qui accompagnent ces mesures ne sont pas officielles.
Ces efforts nous ont permis de rassurer et de conseiller nos dirigeants afin d’affronter cette période d’incertitude en anticipant et en préparant certaines démarches avec eux.


En parallèle, toute la team s’est adaptée au maximum à travailler à distance tout en gardant un contact régulier. Comme vous l’avez certainement expérimenté, ce n’est pas toujours évident de gérer les horaires changeants des visio, les notifications slack, les appels, mais aussi les proches et les enfants qui vivent le confinement avec nous. Malgré tout, nous sommes super fiers d’avoir relevé le challenge que représentait cette première semaine de confinement en se soutenant et en se partageant toutes les informations utiles qui pouvaient aider l’ensemble de la team Kavalry.


Chez Kavalry, la team a été préparée aux situations d'home office, en travaillant le plus possible à distance pour nos clients, ce qui nous permet de ne pas baisser en efficacité même en temps de crise !

Alors nous continuons sur notre lancée et nous proposons, pour cette deuxième semaine de confinement, des sessions sur notre office hour pour aider gratuitement les entrepreneurs qui souhaiteraient bénéficier de notre analyse et notre expérience sur la gestion des différentes démarches à engager pour que leur entreprise puisse faire face au mieux au covid-19.

Pour s’inscrire c’est ici.

#nefaitespluscavalierseul